© Ardan Michael Blum | Site en reconstruction - Mise à jour: 05.02.2020

LA PRESSE

L'ASSOCIATION

LE PROJET

l’ Association Vivre Avec le 3ème Âge (1999-2014) a mené avec succès le projet d’équiper des centres de retraités, des hôpitaux d’équipements informatiques leur ouvrant l’accès à Internet et favorisant le contact avec le monde extérieur. 

 

Un matériel a été obtenu par l’association auprès de ses donateurs (Logitech S.A, I.B.M, Hewlett-Packard Europe, et Microsoft Software S.A) et distribué, permettant à de nombreuses personnes d’accéder à l’utilisation des outils informatiques. 

 

Des liens ont été établis entre des bénévoles, des membres de la presse et des sociétés informatiques, créant ainsi un réseau de solidarité. L’un des projets les plus innovants que notre organisation a réalisé, fut d’organiser avec le concours de l’Orchestre de la Suisse Romande un concert gratuit au Victoria Hall pour 750 Seniors.

La transmission de la MEMOIRE COLLECTIVE depuis les temps les plus anciens, nous a fait parvenir des idées, des inspirations, des convictions, des espoirs, des rêves personnels d’un temps meilleur, des preuves de bravoure, des mythes, le savoir et le souvenir de la jeunesse. Le monde, d’une manière collective - de génération à génération- a entendu la valeur de cette tradition.

 

La perte de celle-ci est un phéomène nouveau et peut-être dû (entre autre) socialement à une peur générale de la maladie, de la vie en elle-même, de l’inconnu, de la mort, de la perte de religion, du processus analytique en lui-même, et la rapidité de notre mode de vie. Ceci laisse trop souvent et tristement en isolement des personnes âgées, car la tradition du partage et du respect ancestral de celles-ci, toujours accordée de nos jours au Japon, en Afrique, etc., est très rare ici à Genève. Une solution simple existe pour promouvoir le souvenir sans effort et d’une manière totalement compréhensible : le Web! 

 

A dire vrai, dans les sociétés occidentales, les personnes âgées ne sont généralement considérées que comme d'anciens citoyens en fin de vie. Leur mobilité est réduite, leurs sens font défaut, la maladie les ronge. Dans bien des cas, ces personnes sont isolées de leurs contacts et de leur famille, qui vivent au loin ou ne peuvent pas leur rendre visite. Vieillir est, somme toute, la solution la plus radicale pour rester en vie. En termes d'évolution donc, l'échelle s'inverse: plus une personne est âgée, plus elle est intéressante.

 

Elle a passé sa vie à apprendre à vivre. Elle est une encyclopédie des jours qui passent, elle transforme tout ce qui nous est insurmontable en choses simples. Elle nous est tout bonnement  nécessaire. En ce moment, la société ­au sens large consent à un très grand effort pour promouvoir un mieux-vivre général. En fait, elle agit avec bonne conscience. Cependant, il faut le reconnaître, elle n'en fait pas assez en faveur des personnes âgées. Paradoxalement, dans les institutions où elles sont prises totalement en charge, ces personnes souffrent de solitude car elles vivent un rythme de plus en plus décalé de celui de leurs enfants. Les jeunes leur manquent, mais elles ont accepté qu'ils soient  à la mode: «occupés». 

 

Il faut rendre la vie du troisième âge moins placide; c'est, entre autres, par l'Internet qu'on pourra rétablir la balance: cet outil crée des liens et les maintient. Imaginons seulement que nos grands-parents aient une adresse électronique.

 

C'est alors qu'ils auraient les moyens, à leur gré, de re-voir, re-dialoguer avec leur famille, de re-planifier leurs journées, de re-découvrir les choses, de re-raconter leur histoire. C'est alors que leur vie, à nouveau, aurait un sens réel, et non plus un sens par défaut, communément admis ... Parce que le bonheur véhiculé par net, lui, n'a rien de virtuel!

Message d'Ardan Michael Blum | Formulaire de Contact
President de l'Association 
(1999-2014)